Accueil > Ville citoyenne > Vos démarches

Vos démarches avec Service Public

Contenu de la page : Vos démarches avec Service Public

Thématiques principales :
Fil d'Ariane du guide : Guide des particuliers » Papiers - Citoyenneté » Citoyenneté » Volontariats » Qu'est-ce qu'un congé de solidarité internationale ?

Qu'est-ce qu'un congé de solidarité internationale ?

Mis à jour le 16 janvier 2017
par « direction de l'information légale et administrative »

Le congé de solidarité internationale (CSI) permet à un salarié de participer à une mission d'entraide à l'étranger. Pendant le congé, le salarié n'est pas rémunéré. Le CSI peut être refusé par l'employeur si l'absence est susceptible d'avoir des conséquences préjudiciables à la bonne marche de l'entreprise. Les règles différent selon que l'entreprise relève ou non d'une convention collective ou accord collectif ou accord de branche.

¤ SITUATION 1 : CONVENTION COLLECTIVE OU ACCORD COLLECTIF OU DE BRANCHE

De quoi s'agit-il ?

Le congé de solidarité internationale (CSI) permet à un salarié de participer à une mission d'entraide à l'étranger.

Conditions à remplir

Lieu et cadre de la mission

La mission du CSI à laquelle le salarié souhaite participer doit :

  • se situer hors de France ;

  • et relever soit d'une association humanitaire, soit d'une organisation internationale dont la France est membre (la liste est fixée par arrêté).

Autres conditions

La convention collective ou l'accord collectif d'entreprise ou, à défaut, la convention ou accord de branche fixe les conditions relatives :

  • à la durée maximale du CSI ;

  • à l'ancienneté requise pour bénéficier du congé ;

  • aux délais dans lesquels le salarié adresse sa demande à son employeur ;

  • au nombre maximal de salariés susceptibles de bénéficier simultanément du CSI ;

  • aux mesures permettant le maintien d'un lien entre l'entreprise et le salarié pendant la durée du congé ;

  • aux modalités d'accompagnement du salarié à son retour.

Statut du salarié en congé

Pendant le CSI, le contrat de travail est suspendu et le salarié n'est pas rémunéré.

La durée du congé est assimilée à une période de travail effectif pour la détermination des avantages liés à l'ancienneté.

La durée du CSI ne peut pas être, sauf d'un commun accord, imputée sur celle du congé annuel.

Refus de l'employeur

Procédure ordinaire

Le CSI peut être refusé par l'employeur s'il estime que cette absence est susceptible d'avoir des conséquences préjudiciables à la bonne marche de l'entreprise.

Le refus de l'employeur est notifié au salarié par tout moyen permettant de donner date certaine (par exemple, par une lettre RAR) dans les 15 jours à compter de la réception de sa demande.

Le refus de l'employeur doit être motivé et intervient après avis du comité d'entreprise ou, à défaut, des délégués du personnel, s'ils existent.

L'accord de l'employeur est acquis si celui-ci ne répond pas dans le délai de 15 jours.

En cas d'urgence

Le CSI peut être refusé par l'employeur s'il estime que cette absence est susceptible d'avoir des conséquences préjudiciables à la bonne marche de l'entreprise.

Le refus de l'employeur est notifié au salarié par tout moyen permettant de donner date certaine (par exemple, par une lettre RAR) dans un délai de 24 heures à compter de la réception de sa demande.

Le refus de l'employeur intervient après avis du comité d'entreprise ou, à défaut, des délégués du personnel, s'ils existent.

L'employeur n'est pas tenu de motiver son refus et son silence ne vaut pas accord.

Litige

En cas de différend, le refus de l'employeur peut être directement contesté par le salarié devant le conseil de prud'hommes, statuant en la forme des référés.

Fin du congé

À l'issue du CSI ou à la suite de son interruption pour cas de Événement exceptionnel, imprévisible et irrésistible justifiant de s'exonérer d'une obligation, d'un engagement ou d'une responsabilité (par exemple : catastrophe naturelle pour un contrat d'assurance, décès pour un contrat de travail...), le salarié retrouve son précédent emploi ou un emploi similaire assorti d'une rémunération au moins équivalente.

A l'issue du congé, le salarié remet à l'employeur une attestation constatant l'accomplissement de la mission, délivrée par l'association ou l'organisation concernée.

¤ SITUATION 2 : AUTRE SITUATION

De quoi s'agit-il ?

Le CSI permet à un salarié de participer à une mission d'entraide à l'étranger.

Conditions à remplir

Lieu et associations concernées

La mission du CSI à laquelle le salarié souhaite participer doit :

  • se situer hors de France ;

  • et relever soit d'une association humanitaire, soit d'une organisation internationale dont la France est membre (la liste est fixée par arrêté).

Durée du congé

La durée maximale du congé est de 6 mois.

En cas d'urgence, la durée du congé est de 6 semaines.

Ancienneté requise

L'ancienneté requise dans l'entreprise pour ouvrir droit au congé est de 12 mois, consécutifs ou non.

Limite du nombre de personnes pouvant bénéficier du congé

Nombre de salariés pouvant bénéficier du CSI

Nombre de salariés employés par Lieu de production de biens ou de services constituant une fraction de l'entreprise possédant son propres matériel et personnel localisés à un autre endroit que l'entreprise

Nombre de salarié(s) bénéficiaire(s) du CSI

Inférieur à 50

1

De 50 à 99

2

De 100 à 199

3

De 200 à 499

4

De 500 à 999

5

De 1000 à 1999

6

À partir de 2000

+ 1 par tranche supplémentaire de 1000 salariés

Préavis

Le salarié informe l'employeur par tout moyen permettant de donner date certaine (par exemple, par une lettre RAR), au moins 30 jours ou 48 heures en cas d'urgence avant le début du CSI, de sa volonté de bénéficier de ce congé.

Il précise la durée de l'absence envisagée et le nom de l'association pour le compte de laquelle la mission sera accomplie.

Refus de l'employeur

Procédure ordinaire

Le CSI peut être refusé par l'employeur s'il estime que cette absence est susceptible d'avoir des conséquences préjudiciables à la bonne marche de l'entreprise.

Le refus de l'employeur est notifié au salarié par tout moyen permettant de donner date certaine (par exemple, par une lettre RAR) dans les 15 jours à compter de la réception de sa demande.

Le refus de l'employeur doit être motivé et intervient après avis du comité d'entreprise ou, à défaut, des délégués du personnel, s'ils existent.

L'accord de l'employeur est acquis si celui-ci ne répond pas dans le délai de 15 jours.

En cas d'urgence

Le CSI peut être refusé par l'employeur s'il estime que cette absence est susceptible d'avoir des conséquences préjudiciables à la bonne marche de l'entreprise.

Le refus de l'employeur est notifié au salarié par tout moyen permettant de donner date certaine (par exemple, par une lettre RAR) dans un délai de 24 heures à compter de la réception de sa demande.

Le refus de l'employeur intervient après avis du comité d'entreprise ou, à défaut, des délégués du personnel, s'ils existent.

L'employeur n'est pas tenu de motiver son refus et son silence ne vaut pas accord.

Statut du salarié en congé

Pendant le CSI, le contrat de travail est suspendu et le salarié n'est pas rémunéré.

La durée du congé est assimilée à une période de travail effectif pour la détermination des avantages liés à l'ancienneté.

La durée du CSI ne peut pas être, sauf d'un commun accord, imputée sur celle du congé annuel.

Litige

En cas de différend, le refus de l'employeur peut être directement contesté par le salarié devant le conseil de prud'hommes, statuant en la forme des référés.

Fin du congé

À l'issue du CSI ou à la suite de son interruption pour cas de Événement exceptionnel, imprévisible et irrésistible justifiant de s'exonérer d'une obligation, d'un engagement ou d'une responsabilité (par exemple : catastrophe naturelle pour un contrat d'assurance, décès pour un contrat de travail...), le salarié retrouve son précédent emploi ou un emploi similaire assorti d'une rémunération au moins équivalente.

À l'issue du congé, le salarié remet à l'employeur une attestation constatant l'accomplissement de la mission, délivrée par l'association ou l'organisation concernée.


Retour vers le haut de la page

Dans cette rubrique

A noter

Pour faciliter les procédures des français dans leurs déménagement, le gouvernement a ouvert un nouveau portail permettant de mettre à jour ses données auprès de plusieurs organismes de l’administration : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/R11193. Un déménagement se prévoit à l’avance, comme le choix du mode de déménagement, l’inscription des enfants dans leur nouvel établissement scolaire, l’inscription sur les listes électorales, etc. Voici une liste des démarches : pour bien préparer son arrivée dans le nouveau domicile. En ce qui concerne les abonnements internet et téléphone, un transfert de ligne peut être demandé à son opérateur si le logement est éligible. Sinon, l’activation de ligne est nécessaire auprès d’un autre. Dans le cas d’un logement neuf, une demande de construction de ligne doit être effectuée à l’avance. Le changement d’adresse du contrat d’énergie doit être signalé à son fournisseur d’énergie ou celui de son choix. En cas de compteur coupé, le déplacement d’un technicien peut être nécessaire. Si l’énergie est toujours en service, la démarche EDF consiste à fournir l’adresse du nouveau domicile ainsi que les relevés compteur.

Téléchargements

CERFA formulaire pour vente au déballage mai 2019 PDF - 66.5 ko
Télécharger

Liens utiles

Le médiateur national de l’énergie : une institution publique pour accompagner les consommateurs
Connaître les démarches à effectuer quand on déménage, comprendre une facture d’électricité, comparer les offres des 40 fournisseurs d’électricité et/ou de gaz naturel nationaux, agir en cas de coupure d’énergie, utiliser le chèque énergie… Le médiateur national de l’énergie publie sur son site Energie-Info.fr une cinquantaine de fiches pratiques régulièrement mises à jour. Cette institution, créée il y a plus de 10 ans par l’Etat lorsque le marché de l’électricité et du gaz naturel s’est libéralisé, a comme mission d’accompagner les consommateurs dans cette ouverture à la concurrence.
Le médiateur national de l’énergie informe gratuitement, par téléphone ou sur internet, les consommateurs sur leurs droits et démarches en matière d’énergie. Il les aide aussi à régler leurs litiges à l’amiable en cas de différends avec une entreprise du secteur. Après avoir été saisi en ligne ou par courrier, les équipes du médiateur, selon les cas, orientent vers le bon interlocuteur ou chercher à trouver une solution équitable qui puisse satisfaire les différentes parties prenantes.
Informations pratiques :

  • www.energie-info.fr pour les fiches pratiques et le comparateur des offres électricité et gaz naturel
  • 0 800 112 212 (appel et service gratuits) pour poser toutes vos questions
  • www.energie-mediateur.fr pour saisir gratuitement le médiateur en ligne