Accueil > Ville citoyenne > Vos démarches

Vos démarches avec Service Public

Contenu de la page : Vos démarches avec Service Public

Thématiques principales :
Fil d'Ariane du guide : Guide des particuliers » Étranger » Étranger en France » Éloignement des étrangers » Interdiction de retour de l'étranger en France

Interdiction de retour de l'étranger en France

Mis à jour le 8 mars 2016
par « direction de l'information légale et administrative »

L'interdiction de retour sur le territoire français (IRTF) est une mesure d'éloignement prise par le préfet. Elle peut être prononcée, dans certains cas, à l'encontre de l'étranger en même temps que l'obligation de quitter la France qui le frappe ou après une telle obligation. Elle peut être annulée par le juge ou abrogée par l'administration. L’étranger, qui ne respecte pas une telle interdiction, risque des sanctions pénales.

Cas concernés

L'interdiction de retour sur le territoire français (IRTF) peut être prononcée contre un étranger non européen :

Décision d'interdiction de retour

La décision d'interdiction de retour en France est prise par le préfet du département de l'étranger (le préfet de police à Paris). Elle doit lui être Formalité par laquelle un acte de procédure ou une décision est porté à la connaissance d’une personne en mains propres (au guichet de la préfecture ou par la police lors d'une interpellation par exemple) et être motivée.

Elle peut être notifiée en même temps que l'obligation de quitter la France avec délai de départ volontaire. Dans ce cas, elle est de 2 ans maximum et prend effet à l'expiration du délai de départ.

Elle peut aussi être notifiée après l'obligation de quitter la France. Dans ce cas, elle peut être décidée :

  • pour 2 ans maximum si l'étranger s'est maintenu en France au-delà du délai de départ volontaire,

  • ou pour 3 ans maximum si l'étranger ne bénéficiait pas de délai pour partir de France.

Le préfet doit tenir compte, lorsqu'il fixe la durée de la mesure :

  • de la nature et de l'ancienneté des liens de la personne avec la France,

  • de la durée de sa présence en France,

  • si elle a déjà fait ou non l'objet d'une mesure d'éloignement,

  • si elle représente une menace pour l'ordre public.

La personne est informée de son inscription dans le Fichier européen permettant aux forces de l'ordre et magistrats des pays de l'espace Schengen d'avoir des informations sur des personnes recherchées (fugitifs, personnes disparues...). Les étrangers refusés à l'entrée d'un pays de l'espace Schengen sont également inscrits dans ce fichier. Cette inscription l'empêchera d'obtenir un visa pour entrer et séjourner dans l'espace Schengen. Le signalement est supprimé en cas d'extinction de l'interdiction de retour ou de son annulation par le juge ou de son abrogation par le préfet.

A savoir

À savoir : des circonstances humanitaires peuvent toutefois justifier que le préfet ne prononce pas d'interdiction de retour.

Recours contentieux

L'étranger, destinataire d'une interdiction de retour, peut la contester devant le tribunal administratif territorialement compétent, en même temps que l'obligation de quitter la France qui lui a été notifiée.

Tribunal administratif

http://www.annuaires.justice.gouv.fr/annuaires-12162/annuaire-des-tribunaux-administratifs-21776.html

Toutefois, si l'interdiction de retour a été prise après le délai de départ volontaire qui lui était accordé pour quitter la France, il dispose d'un délai de 30 jours à compter de sa notification pour saisir le juge.

Le recours suspend l'exécution de la mesure.

L'étranger peut être assisté d'un avocat. S'il n'en a pas, il peut demander au juge qu'il lui soit commis un d'office.

Il peut bénéficier, sous certaines conditions, de l'aide juridictionnelle.

En cas de rejet du recours, un appel peut être formé dans le délai d'un mois à compter de la notification du jugement. Cet appel doit être déposé auprès de la cour administrative d'appel territorialement compétente (indiquée dans la notification du jugement).

Abrogation de l'interdiction de retour

L'abrogation de l'interdiction est automatique lorsque le tribunal administratif a annulé le refus de séjour qui frappait l'étranger.

Le préfet peut aussi à tout moment abroger l'interdiction de retour en France.

L'étranger peut également demander l'abrogation de la mesure à condition de résider hors de France (sauf s'il y est incarcéré ou assigné à résidence). Une demande écrite doit être adressée au préfet qui a pris la mesure. A Paris, la demande doit être adressée au préfet de police.

Préfecture

http://www.interieur.gouv.fr/Le-ministere/Prefectures

Préfecture de police de Paris - Service des titres de séjour

http://www.prefecturedepolice.interieur.gouv.fr/Demarches/Particulier/Ressortissants-etrangers/Titre-de-sejour/Nous-contacter-Titre-de-sejour

L'abrogation demandée par l'étranger est de droit, sauf circonstances particulières tenant à sa situation ou à son comportement :

  • s'il s'est conformé à l'obligation de quitter la France dans le délai qu'il lui était accordé,

  • et prouve sa sortie dans les 2 mois suivant l'expiration de ce délai. Cette preuve peut être apportée par le cachet apposé sur son passeport par la police aux frontières ou par tout moyen (notamment par sa présentation à l'ambassade ou au consulat français ou à la délégation de l'Ofii à l'étranger).

Sanctions pénales

La personne, qui revient illégalement en France en violation de son interdiction de retour, peut être condamnée par le juge pénal :

Références


Retour vers le haut de la page

Dans cette rubrique

A noter

Pour faciliter les procédures des français dans leurs déménagement, le gouvernement a ouvert un nouveau portail permettant de mettre à jour ses données auprès de plusieurs organismes de l’administration : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/R11193. Un déménagement se prévoit à l’avance, comme le choix du mode de déménagement, l’inscription des enfants dans leur nouvel établissement scolaire, l’inscription sur les listes électorales, etc. Voici une liste des démarches : pour bien préparer son arrivée dans le nouveau domicile. En ce qui concerne les abonnements internet et téléphone, un transfert de ligne peut être demandé à son opérateur si le logement est éligible. Sinon, l’activation de ligne est nécessaire auprès d’un autre. Dans le cas d’un logement neuf, une demande de construction de ligne doit être effectuée à l’avance. Le changement d’adresse du contrat d’énergie doit être signalé à son fournisseur d’énergie ou celui de son choix. En cas de compteur coupé, le déplacement d’un technicien peut être nécessaire. Si l’énergie est toujours en service, la démarche EDF consiste à fournir l’adresse du nouveau domicile ainsi que les relevés compteur.

Téléchargements

CERFA formulaire pour vente au déballage mai 2019 PDF - 66.5 ko
Télécharger

Liens utiles

Le médiateur national de l’énergie : une institution publique pour accompagner les consommateurs
Connaître les démarches à effectuer quand on déménage, comprendre une facture d’électricité, comparer les offres des 40 fournisseurs d’électricité et/ou de gaz naturel nationaux, agir en cas de coupure d’énergie, utiliser le chèque énergie… Le médiateur national de l’énergie publie sur son site Energie-Info.fr une cinquantaine de fiches pratiques régulièrement mises à jour. Cette institution, créée il y a plus de 10 ans par l’Etat lorsque le marché de l’électricité et du gaz naturel s’est libéralisé, a comme mission d’accompagner les consommateurs dans cette ouverture à la concurrence.
Le médiateur national de l’énergie informe gratuitement, par téléphone ou sur internet, les consommateurs sur leurs droits et démarches en matière d’énergie. Il les aide aussi à régler leurs litiges à l’amiable en cas de différends avec une entreprise du secteur. Après avoir été saisi en ligne ou par courrier, les équipes du médiateur, selon les cas, orientent vers le bon interlocuteur ou chercher à trouver une solution équitable qui puisse satisfaire les différentes parties prenantes.
Informations pratiques :

  • www.energie-info.fr pour les fiches pratiques et le comparateur des offres électricité et gaz naturel
  • 0 800 112 212 (appel et service gratuits) pour poser toutes vos questions
  • www.energie-mediateur.fr pour saisir gratuitement le médiateur en ligne