Accueil > Ville citoyenne > Vos démarches

Vos démarches avec Service Public

Contenu de la page : Vos démarches avec Service Public

Thématiques principales :
Fil d'Ariane du guide : Guide des particuliers » Travail » Retraite » Retraite des salariés du secteur privé » Préretraite amiante du salarié du secteur privé

Préretraite amiante du salarié du secteur privé

Mis à jour le 1 janvier 2017
par « direction de l'information légale et administrative »

Si vous avez été en contact avec de l'amiante durant votre carrière professionnelle, vous pouvez bénéficier d'une préretraite amiante. Elle est accessible à des conditions qui varient selon que vous êtes atteint(e) ou non d'une maladie professionnelle provoquée par l'amiante. Elle ouvre droit, jusqu'à votre retraite, au bénéfice de l'allocation de cessation anticipée d'activité des travailleurs de l'amiante (Acaata).

De quoi s'agit-il ?

Si vous avez été exposé(e) à de l'amiante dans un cadre professionnel, vous pouvez bénéficier d'une préretraite anticipée liée à l'amiante. Dans ce cas, vous n'avez pas besoin d'attendre d'avoir l'âge de la retraite pour arrêter votre activité professionnelle. Cette préretraite vous permet de percevoir l'allocation de cessation anticipée d'activité des travailleurs de l'amiante (Acaata), dans l'attente de la liquidation de votre retraite.

Conditions

Vous avez droit à la préretraite amiante si vous êtes reconnu(e) atteint(e) d'une maladie professionnelle provoquée par l'amiante.

À défaut, le droit à préretraite amiante est ouvert si vous avez travaillé au contact de l'amiante :

  • soit dans un établissement de fabrication de matériaux contenant de l'amiante,

  • soit dans un établissement de flocage et de calorifugeage à l'amiante,

  • soit dans un entreprise de construction et de réparation navales.

L'établissement pour lequel vous avez travaillé doit figurer sur une liste, fixée par arrêté ministériel, qui précise également la période durant laquelle vous deviez être employé(e) pour avoir droit à la préretraite amiante.

A savoir

À savoir : les marins et anciens marins bénéficient d'un dispositif de préretraite amiante spécifique, pris en charge par l'Établissement national des invalides de la marine (Enim).

Age minimum de départ en préretraite

L'âge minimum de départ en préretraite varie selon que vous êtes reconnu(e) atteint(e) d'une maladie professionnelle liée à l'amiante ou non.

Maladie professionnelle provoquée par l'amiante

Si vous êtes reconnu(e) atteint(e) d'une maladie professionnelle liée à l'amiante, vous pouvez bénéficier de la préretraite amiante à partir de 50 ans.

En l'absence de reconnaissance de maladie professionnelle liée à l'amiante

Vous pouvez bénéficier d'un départ en préretraite à un âge calculé de la façon suivante :

  • 60 ans moins le tiers de la durée du travail effectué dans les établissements et ports concernés,

  • sans que cet âge puisse être inférieur à 50 ans.

Par exemple, si vous avez travaillé 15 ans au contact de l'amiante dans un établissement ouvrant droit à la préretraite amiante, vous pouvez partir en préretraite à partir de : 60 ans - (15/3) = 55 ans.

Démarches

Demande du salarié

La procédure de demande varie, selon votre situation :

* Cas 1 : Maladie professionnelle liée à l'amiante

Vous devez remplir, puis adresser à la caisse régionale d'assurance maladie de votre lieu de résidence (ou, si vous résidez à l'étranger, à la caisse de votre dernier lieu de travail), le formulaire Cerfa n°11690*02.

Formulaire : Demande d'allocation des travailleurs de l'amiante, salariés et anciens salariés atteints d'une maladie professionnelle

Vous devez également joindre au formulaire les pièces demandées dans le formulaire.

* Cas 2 : Salarié ou ancien salarié d'un établissement de fabrication ou de traitement de l'amiante

Vous devez remplir, puis adresser à la caisse régionale d'assurance maladie de votre lieu de résidence (ou, si vous résidez à l'étranger, à la caisse de votre dernier lieu de travail), le formulaire Cerfa n°11687*02.

Formulaire : Demande d'allocation des travailleurs de l'amiante, salariés et anciens salariés des établissements de fabrication ou de traitement de l'amiante

Vous devez également joindre au formulaire les pièces demandées dans le formulaire.

* Cas 3 : Salarié ou ancien salarié de la construction et réparation navales

Vous devez remplir, puis adresser à la caisse régionale d'assurance maladie de votre lieu de résidence (ou, si vous résidez à l'étranger, à la caisse de votre dernier lieu de travail), le formulaire Cerfa n°11689*02

Formulaire : Demande d'allocation des travailleurs de l'amiante, salariés et anciens salariés de la construction et réparation navales

Vous devez également joindre au formulaire les pièces demandées dans le formulaire.

* Cas 4 : Ouvrier docker professionnel ou personnel portuaire assurant la manutention

Vous devez remplir, puis adresser à la caisse régionale d'assurance maladie de votre lieu de résidence (ou, si vous résidez à l'étranger, à la caisse de votre dernier lieu de travail), le formulaire Cerfa n°11688*02.

Formulaire : Demande d'allocation des travailleurs de l'amiante, ouvriers dockers professionnels et personnels portuaires assurant la manutention

Vous devez également joindre au formulaire les pièces demandées dans le formulaire.

Décision de la caisse

Votre caisse notifie sa décision dans les 2 mois suivant la date de réception de la demande.

En l'absence de décision de la caisse à l'expiration du délai imparti, la demande est considérée comme rejetée. Vous pouvez contester le rejet de votre demande.

Partir en préretraite

Si votre caisse régionale d'assurance maladie accepte votre demande, vous devez démissionner pour partir en préretraite (et percevoir l'Acaata).

Vous avez droit à un préavis dont la durée est la même que celle prévue pour un préavis de licenciement.

Vous percevez une indemnité de cessation d'activité, calculée de la même manière que l’indemnité légale de départ à la retraite à l'initiative du salarié (sauf disposition conventionnelle plus favorable).

Allocation de cessation anticipée d'activité (Acaata)

Montant

L’Acaata est calculée sur la base d’un salaire mensuel de référence déterminé à partir de la moyenne mensuelle des salaires bruts de vos 12 derniers mois d'activité.

Un pourcentage de ce salaire mensuel est calculé, dans les conditions suivantes :

Montant versé en fonction du salaire de référence mensuel

Salaire de référence mensuel

Montant versé

Inférieur à 1 362,52 €

85% du salaire de référence

Compris entre 1 362,52 € et 1 781,76 €

1 158,15 €

Compris entre 1 781,76 € et 3 269 €

65 % du salaire de référence

Compris entre 3 269 € et 6 538 €

  • 65 % du salaire de référence pour la fraction du salaire inférieure ou égale à 3 269 €,

  • puis 50 % du salaire de référence pour la fraction du salaire qui dépasse 3 269 €

Supérieure à 6 538 €

  • 65 % du salaire de référence pour la fraction du salaire inférieure ou égale à 3 269 €,

  • puis 50 % du salaire de référence pour la fraction du salaire qui dépasse 3 269 € et au plus égale à 6 538 €

  • au-delà de 6 538 €, la fraction du salaire n'est pas prise en compte

L'allocation est soumise aux cotisations suivantes :

  • assurance maladie (au taux fixé par le régime d'assurance maladie dont vous releviez lors de votre demande d'allocation),

  • CSG-CRDS (sauf si les revenus ouvrent droit à exonération),

  • contribution additionnelle de solidarité autonomie (CASA).

Durée de versement

L’allocation est versée :

  • à partir du 1er jour du mois suivant la date à laquelle vous remplissez les conditions pour bénéficier de la préretraite ou, s’il est postérieur, à partir du 1er jour du mois suivant le dépôt de votre demande,

  • et jusqu'à ce que vous remplissiez les conditions pour bénéficier d’une pension de retraite à taux plein.

L'allocation est versée mensuellement, Après expiration de la période pour laquelle les droits à pension sont ouverts.

En cas de décès, l'Acaata cesse d'être versée à partir du 1er jour du mois suivant le décès.

Cumul avec d'autres revenus

L'Acaata n’est pas cumulable avec :

  • d’autres allocations de préretraite ou de cessation anticipée d'activité,

  • les allocations chômage,

  • ni une pension de retraite (sauf régime spécial).

En revanche, le cumul est possible avec une rente d'accident du travail ou de maladie professionnelle.

Une allocation différentielle peut également être versée en complément d'une pension de retraite versée par un régime spécial, d'une pension d'invalidité ou de réversion, dans la limite du montant de l'Acaata.

Pour en savoir plus

Où s'adresser ?

Assurance retraite - 39 60

- Pour toute information complémentaire

Pour s'informer, poser une question sur votre dossier, accéder à des informations personnelles (suivi du dossier, derniers paiements, etc.).

Par téléphone

39 60 (ou 09 71 10 39 60 depuis un mobile, une box ou l'étranger)

Coût 0,06 € par minute + prix d'un appel vers un numéro fixe

Pour connaître le tarif, écoutez le message en début d'appel

Du lundi au vendredi de 8h à 17h

Caisse primaire d'assurance maladie (CPAM)

- Pour toute information complémentaire

Retour vers le haut de la page

Dans cette rubrique

A noter

Pour faciliter les procédures des français dans leurs déménagement, le gouvernement a ouvert un nouveau portail permettant de mettre à jour ses données auprès de plusieurs organismes de l’administration : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/R11193. Un déménagement se prévoit à l’avance, comme le choix du mode de déménagement, l’inscription des enfants dans leur nouvel établissement scolaire, l’inscription sur les listes électorales, etc. Voici une liste des démarches : pour bien préparer son arrivée dans le nouveau domicile. En ce qui concerne les abonnements internet et téléphone, un transfert de ligne peut être demandé à son opérateur si le logement est éligible. Sinon, l’activation de ligne est nécessaire auprès d’un autre. Dans le cas d’un logement neuf, une demande de construction de ligne doit être effectuée à l’avance. Le changement d’adresse du contrat d’énergie doit être signalé à son fournisseur d’énergie ou celui de son choix. En cas de compteur coupé, le déplacement d’un technicien peut être nécessaire. Si l’énergie est toujours en service, la démarche EDF consiste à fournir l’adresse du nouveau domicile ainsi que les relevés compteur.

Téléchargements

CERFA formulaire pour vente au déballage mai 2019 PDF - 66.5 ko
Télécharger

Liens utiles

Le médiateur national de l’énergie : une institution publique pour accompagner les consommateurs
Connaître les démarches à effectuer quand on déménage, comprendre une facture d’électricité, comparer les offres des 40 fournisseurs d’électricité et/ou de gaz naturel nationaux, agir en cas de coupure d’énergie, utiliser le chèque énergie… Le médiateur national de l’énergie publie sur son site Energie-Info.fr une cinquantaine de fiches pratiques régulièrement mises à jour. Cette institution, créée il y a plus de 10 ans par l’Etat lorsque le marché de l’électricité et du gaz naturel s’est libéralisé, a comme mission d’accompagner les consommateurs dans cette ouverture à la concurrence.
Le médiateur national de l’énergie informe gratuitement, par téléphone ou sur internet, les consommateurs sur leurs droits et démarches en matière d’énergie. Il les aide aussi à régler leurs litiges à l’amiable en cas de différends avec une entreprise du secteur. Après avoir été saisi en ligne ou par courrier, les équipes du médiateur, selon les cas, orientent vers le bon interlocuteur ou chercher à trouver une solution équitable qui puisse satisfaire les différentes parties prenantes.
Informations pratiques :

  • www.energie-info.fr pour les fiches pratiques et le comparateur des offres électricité et gaz naturel
  • 0 800 112 212 (appel et service gratuits) pour poser toutes vos questions
  • www.energie-mediateur.fr pour saisir gratuitement le médiateur en ligne