Accueil > Ville citoyenne > Vos démarches

Vos démarches avec Service Public

Contenu de la page : Vos démarches avec Service Public

Thématiques principales :
Fil d'Ariane du guide : Guide des particuliers » Travail » Temps de travail et congés » Temps de travail dans le secteur privé » Travail le dimanche d'un salarié du secteur privé

Travail le dimanche d'un salarié du secteur privé

Mis à jour le 0 novembre 2015
par « direction de l'information légale et administrative »

Le dimanche constitue une journée de repos légale. Cependant, vous pouvez être amené à travailler le dimanche lorsque votre employeur est autorisé à déroger au principe du repos dominical. Les caractéristiques du travail dominical varient selon que vous travaillez dans le secteur du commerce ou dans un autre secteur professionnel.

¤ SITUATION 1 : SECTEUR DU COMMERCE

Si vous travaillez dans le secteur du commerce, de nombreuses dérogations prévoient la possibilité de travailler le dimanche. Selon le type de commerce (et le type de dérogations), le travail du dimanche peut être obligatoire ou facultatif, et impose dans certains cas des mesures compensatoires.

Commerce de détail alimentaire

Si vous travaillez dans un commerce de détail alimentaire, vous pouvez être amené à travailler le dimanche, à des conditions qui varient selon le type de commerce dans lequel vous travaillez.

* Cas 1 : Commerce fabriquant sur place des produits alimentaires destinés à la consommation immédiate (ex : boulangerie, pâtisserie)

Êtes-vous obligé de travailler le dimanche ?

Oui, à la demande de votre employeur.

Votre salaire est-il majoré ?

Non, sauf si des dispositions conventionnelles ou collectives le prévoient ou en cas d'accord de l'employeur.

Bénéficiez-vous de mesures compensatoires ?

Non, sauf si des dispositions conventionnelles ou collectives le prévoient ou en cas d'accord de l'employeur.

* Cas 2 : Autre commerce alimentaire (ex : alimentation générale, boucherie, fromagerie...)

** Cas 2.1 : Commerce dont la surface de vente est supérieure à 400 m² (supermarché ou hypermarché)

Êtes-vous obligé de travailler le dimanche ?

Oui, à la demande de votre employeur, jusqu'à 13 heures maximum.

Toutefois, vous pouvez également travailler le dimanche, à partir de 13 heures, si vous êtes salarié(e) d'un commerce situé :

  • soit dans une zone touristique internationale (ZTI),

  • soit dans une gare connaissant une affluence exceptionnelle.

Dans ce cas, à partir de 13 heures, vous bénéficiez des conditions spécifiques applicables aux commerces situés dans l'une de ces zones.

Votre salaire est-il majoré ?

Oui. Vous bénéficiez d'une majoration de salaire d'au moins 30 %.

Bénéficiez-vous de mesures compensatoires ?

Oui. Vous bénéficiez d'une journée entière de repos. Cette journée est fixée par roulement et par quinzaine.

** Cas 2.2 : Commerce dont la surface de vente est inférieure ou égale à 400 m²

Êtes-vous obligé de travailler le dimanche ?

Oui, à la demande de votre employeur, jusqu'à 13 heures maximum.

Toutefois, vous pouvez également travailler le dimanche, à partir de 13 heures, si vous êtes salarié(e) d'un commerce situé :

  • soit dans une zone touristique internationale (ZTI),

  • soit dans une gare connaissant une affluence exceptionnelle.

Dans ce cas, à partir de 13 heures, vous bénéficiez des conditions spécifiques applicables aux commerces situés dans l'une de ces zones.

Votre salaire est-il majoré ?

Non, sauf si des dispositions conventionnelles ou collectives le prévoient ou en cas d'accord de l'employeur.

Bénéficiez-vous de mesures compensatoires ?

Oui. Vous bénéficiez d'une journée entière de repos. Cette journée est fixée par roulement et par quinzaine.

* Cas 3 : Hôtels, cafés et restaurants

Êtes-vous obligé de travailler le dimanche ?

Oui, à la demande de votre employeur.

Votre salaire est-il majoré ?

Non, sauf si des dispositions conventionnelles ou collectives le prévoient ou en cas d'accord de l'employeur.

Bénéficiez-vous de mesures compensatoires ?

Non, sauf si des dispositions conventionnelles ou collectives le prévoient ou en cas d'accord de l'employeur.

Autre commerce de détail

Si vous travaillez dans un commerce de détail non alimentaire, vous pouvez être amené à travailler le dimanche, à des conditions qui varient selon le type de dérogation à l'origine de la mise en place du travail dominical.

* Cas 1 : Établissement dont l'ouverture le dimanche est liée aux contraintes de la production, de l'activité ou des besoins du public (ex : commerce d'ameublement ou de bricolage, fleuriste...)

Êtes-vous obligé de travailler le dimanche ?

Oui, à la demande de votre employeur.

Votre salaire est-il majoré ?

Non, sauf si des dispositions conventionnelles ou collectives le prévoient ou en cas d'accord de l'employeur.

Bénéficiez-vous de mesures compensatoires ?

Non, sauf si des dispositions conventionnelles ou collectives le prévoient ou en cas d'accord de l'employeur.

* Cas 2 : Commerce situé dans une zone touristique internationale (ZTI)

Êtes-vous obligé de travailler le dimanche ?

Non. Vous pouvez refuser de travailler le dimanche. Ce refus ne peut en aucun cas constituer une faute ou un motif de licenciement, ni justifier de mesure discriminatoire dans le cadre de votre travail.

Vous devez donner votre accord écrit.

Vous pouvez demander à ne plus travailler le dimanche (ou moins souvent : 1 dimanche travaillé par mois au lieu de 2, par exemple).

Votre salaire est-il majoré ?

Oui. Le taux de la majoration salariale est fixé par un accord (collectif, territorial ou négocié par un salarié mandaté).

Bénéficiez-vous de mesures compensatoires ?

Oui. L'accord prévoit des mesures :

  • vous permettant de faciliter la conciliation entre la vie professionnelle et la vie personnelle,

  • compensant, si vous êtes concerné(e), les charges induites pour la garde d'enfants,

  • prenant en compte l'évolution de votre situation personnelle.

Que se passe-t-il en cas d'élection ayant lieu le dimanche ?

Lorsqu'un scrutin (national ou local) a lieu un dimanche, l'employeur prend les mesures nécessaires pour vous permettre d'aller voter.

* Cas 3 : Commerce situé dans une zone touristique (ZT)

Êtes-vous obligé de travailler le dimanche ?

Non. Vous pouvez refuser de travailler le dimanche. Ce refus ne peut en aucun cas constituer une faute ou un motif de licenciement, ni justifier de mesure discriminatoire dans le cadre de votre travail.

Vous devez donner votre accord écrit.

Vous pouvez demander à ne plus travailler le dimanche (ou moins souvent : 1 dimanche travaillé par mois au lieu de 2, par exemple).

Votre salaire est-il majoré ?

Oui. Le taux de la majoration salariale est fixé par un accord (collectif, territorial ou négocié par un salarié mandaté).

Bénéficiez-vous de mesures compensatoires ?

Oui. L'accord prévoit des mesures :

  • vous permettant de faciliter la conciliation entre la vie professionnelle et la vie personnelle,

  • compensant, si vous êtes concerné(e), les charges induites pour la garde d'enfants,

  • prenant en compte l'évolution de votre situation personnelle.

Que se passe-t-il en cas d'élection ayant lieu le dimanche ?

Lorsqu'un scrutin (national ou local) a lieu un dimanche, l'employeur prend les mesures nécessaires pour vous permettre d'aller voter.

Attention

Attention : si vous travaillez le dimanche dans un commerce situé dans les anciennes communes ou zones touristiques, les dispositions prévues dans les ZT vous sont applicables à partir du 1er août 2017.

* Cas 4 : Commerce situé dans une zone commerciale (ZC)

Êtes-vous obligé de travailler le dimanche ?

Non. Vous pouvez refuser de travailler le dimanche. Ce refus ne peut en aucun cas constituer une faute ou un motif de licenciement, ni justifier de mesure discriminatoire dans le cadre de votre travail.

Vous devez donner votre accord écrit.

Vous pouvez demander à ne plus travailler le dimanche (ou moins souvent : 1 dimanche travaillé par mois au lieu de 2, par exemple).

Votre salaire est-il majoré ?

Oui. Le taux de la majoration salariale est fixé par un accord (collectif, territorial ou négocié par un salarié mandaté).

Bénéficiez-vous de mesures compensatoires ?

Oui. L'accord prévoit des mesures :

  • vous permettant de faciliter la conciliation entre la vie professionnelle et la vie personnelle,

  • compensant, si vous êtes concerné(e), les charges induites pour la garde d'enfants,

  • prenant en compte l'évolution de votre situation personnelle.

Que se passe-t-il en cas d'élection ayant lieu le dimanche ?

Lorsqu'un scrutin (national ou local) a lieu un dimanche, l'employeur prend les mesures nécessaires pour vous permettre d'aller voter.

Attention

Attention : si vous travaillez le dimanche dans un commerce situé dans un ancien périmètre d'usage de consommation exceptionnelle (Puce), les dispositions prévues dans les ZC vous sont applicables à partir du 1er août 2017 (sauf si c'est une décision de l'employeur qui fixe les conditions de travail dominical).

* Cas 5 : Commerce situé dans une gare connaissant une affluence exceptionnelle

Êtes-vous obligé de travailler le dimanche ?

Non. Vous pouvez refuser de travailler le dimanche. Ce refus ne peut en aucun cas constituer une faute ou un motif de licenciement, ni justifier de mesure discriminatoire dans le cadre de votre travail.

Vous devez donner votre accord écrit.

Vous pouvez demander à ne plus travailler le dimanche (ou moins souvent : 1 dimanche travaillé par mois au lieu de 2, par exemple).

Votre salaire est-il majoré ?

Oui. Le taux de la majoration salariale est fixé par un accord (collectif, territorial ou négocié par un salarié mandaté).

Bénéficiez-vous de mesures compensatoires ?

Oui. L'accord prévoit des mesures :

  • vous permettant de faciliter la conciliation entre la vie professionnelle et la vie personnelle,

  • compensant, si vous êtes concerné(e), les charges induites pour la garde d'enfants,

  • prenant en compte l'évolution de votre situation personnelle.

Que se passe-t-il en cas d'élection ayant lieu le dimanche ?

Lorsqu'un scrutin (national ou local) a lieu un dimanche, l'employeur prend les mesures nécessaires pour vous permettre d'aller voter.

* Cas 6 : Établissement bénéficiant d'une dérogation préfectorale au repos dominical

** Cas 6.1 : Contreparties au travail du dimanche fixées par accord collectif

Une dérogation préfectorale est accordée, pour 3 ans maximum, s'il est établi que le repos simultané, le dimanche, de tous les salariés d'un établissement :

  • soit serait préjudiciable au public (par exemple, activités familiales ou de loisirs),

  • soit compromettrait le fonctionnement normal de cet établissement (par exemple, en cas de présence de commerces concurrents situés à proximité et bénéficiant d'une autorisation d'ouverture permanente).

Êtes-vous obligé de travailler le dimanche ?

Non. Vous pouvez refuser de travailler le dimanche. Ce refus ne peut en aucun cas constituer une faute ou un motif de licenciement, ni justifier de mesure discriminatoire dans le cadre de votre travail.

Vous devez donner votre accord écrit.

Vous pouvez demander à ne plus travailler le dimanche (ou moins souvent : 1 dimanche travaillé par mois au lieu de 2, par exemple). L'accord peut fixer les conditions d'un changement d'avis de votre part (par exemple, démarche pour prévenir l'employeur, délai à respecter...).

Votre salaire est-il majoré ?

Oui. Le taux de la majoration salariale est fixé par l'accord collectif.

Bénéficiez-vous de mesures compensatoires ?

Oui. L'accord prévoit des mesures :

  • fixant des contreparties au travail du dimanche (par exemple, repos supplémentaire, prise en charge de frais induits pour la garde d'enfants...),

  • prenant en compte l'évolution de votre situation personnelle.

Que se passe-t-il en cas d'élection ayant lieu le dimanche ?

Lorsqu'un scrutin (national ou local) a lieu un dimanche, l'employeur prend les mesures nécessaires pour vous permettre d'aller voter.

** Cas 6.2 : Contreparties au travail du dimanche fixées par décision de l'employeur et approuvée par référendum

Une dérogation préfectorale est accordée, pour 3 ans maximum, s'il est établi que le repos simultané, le dimanche, de tous les salariés d'un établissement :

  • soit serait préjudiciable au public (par exemple, activités familiales ou de loisirs),

  • soit compromettrait le fonctionnement normal de cet établissement (par exemple, en cas de présence de commerces concurrents situés à proximité et bénéficiant d'une autorisation d'ouverture permanente).

Êtes-vous obligé de travailler le dimanche ?

Non. Vous pouvez refuser de travailler le dimanche. Ce refus ne peut en aucun cas constituer une faute ou un motif de licenciement, ni justifier de mesure discriminatoire dans le cadre de votre travail.

Vous devez donner votre accord écrit.

Votre employeur doit vous demander chaque année si vous ne souhaitez plus travailler le dimanche (ou moins souvent : 1 dimanche travaillé par mois au lieu de 2, par exemple). Vous bénéficiez d'une priorité pour reprendre un poste correspondant à vos qualifications et qui ne nécessite pas de travailler le dimanche. Vous pouvez également demander à bénéficier de cette priorité à tout moment.

Vous avez également le droit de demander à ne pas travailler 3 dimanches de votre choix par an, à condition d'en informer votre employeur au moins 1 mois à l'avance.

Votre salaire est-il majoré ?

Oui. La rémunération est au moins égale au double de la rémunération perçue pour une durée de travail équivalente.

Bénéficiez-vous de mesures compensatoires ?

Oui. La décision unilatérale doit prévoir des contreparties au travail dominical et une période de repos (dont la durée est fixée par la décision).

Que se passe-t-il en cas d'élection ayant lieu le dimanche ?

Lorsqu'un scrutin (national ou local) a lieu un dimanche, l'employeur prend les mesures nécessaires pour vous permettre d'aller voter.

* Cas 7 : Commerce concerné par les dérogations du maire

Si vous travaillez dans un commerce où tous les salariés sont habituellement au repos le dimanche, le maire peut prévoir des dérogations au repos dominical. C'est ce qu'on appelle les dimanches du maire.

Ces dérogations ne peuvent pas dépasser 12 dimanches par an.

La liste des dimanches concernés par la dérogation doit être arrêtée avant le 31 décembre de l'année N-1.

Attention

Attention : le nombre maximum de dimanches ouverts à la suite de la dérogation du maire peut être abaissé pour les supermarchés et hypermarchés.

Êtes-vous obligé de travailler le dimanche ?

Non. Vous pouvez refuser de travailler le dimanche. Ce refus ne peut en aucun cas constituer une faute ou un motif de licenciement, ni justifier de mesure discriminatoire dans le cadre de votre travail.

Vous devez donner votre accord écrit.

Votre salaire est-il majoré ?

Oui. La rémunération est au moins doublée par rapport à la rémunération normalement due pour une durée équivalente.

Bénéficiez-vous de mesures compensatoires ?

Oui. Vous bénéficiez d'un repos supplémentaire équivalent en temps (une journée de travail le dimanche équivaut à une journée de repos en compensation). Les conditions dans lesquelles ce repos est pris sont fixées par l'arrêté fixant la liste des dimanches pouvant être travaillés.

Et en cas d'élection ayant lieu le dimanche ?

Lorsqu'un scrutin (national ou local) a lieu un dimanche, l'employeur prend les mesures nécessaires pour vous permettre d'aller voter.

¤ SITUATION 2 : AUTRE SECTEUR

Dérogation permanente

Vous pouvez être amené à travailler le dimanche si vous êtes salarié(e) dans un établissement dont le fonctionnement ou l'ouverture est rendu nécessaire par les contraintes de la production, de l'activité ou les besoins du public (et à condition d'avoir au moins 18 ans).

C'est le cas notamment :

  • des établissements de santé et de soins (cliniques, thalassothérapie, balnéothérapie...),

  • des activités récréatives, culturelles et sportives (spectacles, musées, expositions, casinos, parcs d'attractions...),

  • des entreprises de journaux et d'information.

Êtes-vous obligé de travailler le dimanche ?

Oui, à la demande de votre employeur.

Votre salaire est-il majoré ?

Non, sauf si des dispositions conventionnelles ou collectives le prévoient ou en cas d'accord de l'employeur.

Bénéficiez-vous de mesures compensatoires ?

Non, sauf si des dispositions conventionnelles ou collectives le prévoient ou en cas d'accord de l'employeur.

Dérogation prévue par convention ou accord collectif

Vous pouvez être amené à travailler le dimanche si vous êtes salarié(e) dans un établissement autorisé par la convention collective à déroger au repos dominical. Cette autorisation est prévue lorsque le travail est organisée de façon continue pour des raisons économiques.

Si c'est le cas, les contreparties, notamment salariales, sont fixées par la convention collective.

Références

  • Code du travail : articles L3132-24 à L3132-25-6

    - Salarié travaillant dans un commerce de détail non alimentaire situé soit dans une zone touristique (ZT), soit une zone touristique internationale (ZTI), soit dans une zone commerciale (ZC), soit dans une gare connaissant une affluence exceptionnelle

Retour vers le haut de la page

Dans cette rubrique

A noter

Pour faciliter les procédures des français dans leurs déménagement, le gouvernement a ouvert un nouveau portail permettant de mettre à jour ses données auprès de plusieurs organismes de l’administration : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/R11193. Un déménagement se prévoit à l’avance, comme le choix du mode de déménagement, l’inscription des enfants dans leur nouvel établissement scolaire, l’inscription sur les listes électorales, etc. Voici une liste des démarches : pour bien préparer son arrivée dans le nouveau domicile. En ce qui concerne les abonnements internet et téléphone, un transfert de ligne peut être demandé à son opérateur si le logement est éligible. Sinon, l’activation de ligne est nécessaire auprès d’un autre. Dans le cas d’un logement neuf, une demande de construction de ligne doit être effectuée à l’avance. Le changement d’adresse du contrat d’énergie doit être signalé à son fournisseur d’énergie ou celui de son choix. En cas de compteur coupé, le déplacement d’un technicien peut être nécessaire. Si l’énergie est toujours en service, la démarche EDF consiste à fournir l’adresse du nouveau domicile ainsi que les relevés compteur.

Téléchargements

CERFA formulaire pour vente au déballage mai 2019 PDF - 66.5 ko
Télécharger

Liens utiles

Le médiateur national de l’énergie : une institution publique pour accompagner les consommateurs
Connaître les démarches à effectuer quand on déménage, comprendre une facture d’électricité, comparer les offres des 40 fournisseurs d’électricité et/ou de gaz naturel nationaux, agir en cas de coupure d’énergie, utiliser le chèque énergie… Le médiateur national de l’énergie publie sur son site Energie-Info.fr une cinquantaine de fiches pratiques régulièrement mises à jour. Cette institution, créée il y a plus de 10 ans par l’Etat lorsque le marché de l’électricité et du gaz naturel s’est libéralisé, a comme mission d’accompagner les consommateurs dans cette ouverture à la concurrence.
Le médiateur national de l’énergie informe gratuitement, par téléphone ou sur internet, les consommateurs sur leurs droits et démarches en matière d’énergie. Il les aide aussi à régler leurs litiges à l’amiable en cas de différends avec une entreprise du secteur. Après avoir été saisi en ligne ou par courrier, les équipes du médiateur, selon les cas, orientent vers le bon interlocuteur ou chercher à trouver une solution équitable qui puisse satisfaire les différentes parties prenantes.
Informations pratiques :

  • www.energie-info.fr pour les fiches pratiques et le comparateur des offres électricité et gaz naturel
  • 0 800 112 212 (appel et service gratuits) pour poser toutes vos questions
  • www.energie-mediateur.fr pour saisir gratuitement le médiateur en ligne