Accueil > Vivre à Marcoussis > Actualités Agenda > Voeux 2017 aux Marcoussissiens

Voeux 2017 aux Marcoussissiens

Contenu de la page : Voeux 2017 aux Marcoussissiens

Samedi 7 janvier, devant une salle Jean-Montaru chaleureuse, Olivier Thomas présentait ses voeux aux Marcoussissiens.

Monsieur le secrétaire d’Etat, cher Jean-Vincent,
Madame la sous-Préféte de Palaiseau,
Monsieur le député, cher Carlos
Monsieur le conseiller départemental cher Dominique
Monsieur le président de l’agglomération
Madame et Messieurss les maires
Chers élus, chers enfants du conseil municipal des enfants
Madame la commandante du groupement de gendarmerie de Palaiseau
Monsieur le lieutenant de gendarmerie
Monsieur le lieutenant des pompiers
Mesdames et messieurs.

Hier, Aujourd’hui, Demain,
Ce sont souvent les trois temps évoqués dans les discours de vœux.
Hier permet d’énoncer les réalisations de l’année écoulée.
Aujourd’hui celles qui vont démarrer et Demain de tracer des perspectives.
Je pourrais me livrer à cet exercice et vous dire les nombreuses réalisations de mon équipe municipale et des services publics municipaux en 2016.
J’en profite pour les remercier chaleureusement de leur engagement au service de tous.
L’équipe d’élus qui dans cette seconde année de mandat a trouvé son rythme et son alchimie. Ce n’est pas toujours simple de faire prendre la mayonnaise entre 29 personnes dont 50% de… nouveaux. 29 personnes de caractère et de conviction, mais nous y sommes parvenu et chacun apporte sa pierre à l’édifice et nos débats, nombreux, sont toujours enrichissants.
Je tiens d’ailleurs à excuser mon 1er adjoint, Jérôme Cauet, qui pour le première fois ne peut être parmi nous car il est retenu en province. Je profite de son absence, car il est extrêmement modeste, et s’il était là cela le gênerait, pour le remercier publiquement du travail qu’il réalise à mes cotés à Marcoussis. Jérôme est chargé des finances et c’est grâce à sa rigueur que Marcoussis est un village si actif, que nous continuons à investir énormément alors que de nombreuses communes hélas en proie à des difficultés financières n’en ont plus la capacité.
L’équipe des services municipaux dirigés par Karine Gonsse est également très réactive, très impliquée dans le service au public et toujours à l’écoute des habitants.
Vous savez, on entend trop souvent décrier les fonctionnaires et il y a même eu récemment un concours de celui qui en supprimerait le plus. Cette petite musique réactionnaire et populiste me choque, moi qui au quotidien observe et mesure leur travail au service de la population.
Comme si les fonctionnaires n’étaient qu’une masse anonyme, qu’une masse financière coûteuse ?
Mais les fonctionnaires ce sont les gendarmes, les pompiers, les soldats, qui nous protègent, parfois au péril de leur vie.
Ce sont les infirmières qui nous soignent. Ce sont les enseignants qui éduquent nos enfants.
Ce sont les services techniques qui ce matin encore salaient nos routes et qui travaillent à l’amélioration de notre quotidien, qui rendent possible les activités de nos nombreuses associations.
Ce sont les assistantes maternelles qui gardent nos bébés.
Ce sont les ATSEM qui aident les enseignants dans les classes de maternelles. Ce sont les professeurs de l’école des arts qui ouvrent les yeux et les oreilles de nos enfants. Ce sont les services sociaux qui prennent soin de nos anciens à la Bailloterie qui fêtera ses 30 ans au printemps.
Ce sont les agents de la Médiathèque qui vient, elle, de fêter ses 10 ans et qui vous conseillent et vous permettent ces lectures, ces écoutes.
Ce sont les policiers municipaux qui sont vigilants et actifs pour notre sécurité.
Ce sont les techniciens de cette salle qui rendent possibles les spectacles ou le cinéma.
Ce sont les services administratifs qui vous accueillent en mairie, qui instruisent vos permis de construire, qui gèrent vos demandes, les décès, les naissances, les mariages. La communication qui vous informe.
Ce sont les cantinières qui nourrissent vos enfants.
Ce sont les agents des espaces verts qui embellissent le village et viennent de planter des arbres fruitiers dans l’escargot pour un verger qui sera ouvert à tous.
Ce sont le service jeunesse, du temps des loisirs, du périscolaire qui accompagnent nos enfants.
C’est le service des sports qui, en lien quotidien avec les associations sportives fait de Marcoussis un village si actif.
C’est le pole ménage et nos gardiens qui entretiennent nos bâtiments.
C’est le service logement, le service emploi, le service social, qui sont aux cotés de ceux qui en ont besoin.
C’est le développement économique qui fait de Marcoussis cette forte attractivité et sa richesse, qui organise le très beau marché de Noël et répond aux préoccupations des commerçants.
C’est l’Agenda 21 qui nous rend plus vertueux et économes de la planète.
Ce sont les services financiers, l’informatique, les ressources humaines, la direction qui organisent cette ruche.
Voilà ce que sont les fonctionnaires. Des personnes impliquées dans leur travail et qui nous permettent au quotidien de mieux vivre, d’avoir des activités de loisirs, qui s’occupent de nos enfants ou de nos ainés.
Ce ne sont pas des numéros sur un tableau qu’on peut effacer d’un coup d’éponge dans un débat télévisé, sans que cela n’ait de graves conséquences sur notre quotidien, sur notre lien social, sur ce qui fait société entre nous.
Hier, aujourd’hui, demain…
Hier…
Alors oui je pourrais vous parler des réalisations 2016 qu’ont conduites les équipes d’élus et les services que je viens de citer.
Des kms de routes et de trottoirs, des travaux pour le sport et de toutes les actions engagées, mais ne pouvant tout citer, je préfère m’attarder sur trois évènements qui ont marqué cette année à Marcoussis.
D’abord la coupe d’Europe de football avec la résidence à Marcoussis au CNR des vainqueurs de cette coupe, l’équipe du Portugal, contre la France en finale, je sais que c’est cruel de le rappeler. Mais Marcoussis est désormais un nom célèbre au Portugal. Nous avons vu au fil de ce mois de compétition, de la phase des poules à la finale, a chaque match emporté, se décupler la ferveur portugaise. Jamais je n’ai vu autant de monde arriver aussi vite dans Marcoussis que cette nuit de finale. Un public, bruyant, mais bon enfant. Un public fervent, ardent et familial.
Je veux remercier les forces de gendarmerie de l’Essonne et évidemment la brigade de Nozay et la Police Municipale de leur travail nuit et jour sur le site pour canaliser cette ferveur, et dans ce contexte national tendu, le professionnalisme des forces de l’ordre fait qu’on peut encore avoir des évènements populaires. Merci à eux.
Et puis 2016 aura aussi été marquée par un nouveau serment de jumelage avec un bataillon du 121e régiment du Train. Là encore c’est l’occasion de remercier les militaires de leur travail au Mali où une partie du bataillon est engagé mais également dans les opérations sentinelles, partout sur le territoire français.
2016 est aussi l’année de notre entrée dans l’agglomération Paris-Saclay qui regroupe les communes du Nord-ouest de l’Essonne. Cette intégration implique un énorme travail et nous avançons à marche forcée sur tous les sujets intercommunaux. Nous avons déjà réalisé une charte commune de respect de chaque commune, un pacte financier, et un projet de territoire.
Au sud, Marcoussis avec son cadre de vie exceptionnel est la plus grande commune de l’agglo et constitue un poumon vert dans cette intercommunalité en mouvement. Beaucoup de choses sont à construire, mais nous avançons bien dans les champs de compétence que nous avons choisi.
Aujourd’hui…
C’est notre actualité. Là encore de nombreux dossiers sont engagés pour 2017, la réfection de la Place de la République dont la concertation a démarré avec les riverains et les commerçants. La route de Briis. Des travaux sportifs importants encore, des nouveaux vestiaires au stade du moulin, la réfection des toits et des éclairages au grand parc. Des travaux ici dans ce parc avec la construction tant attendue de la caserne des pompiers dans nos anciens ateliers et le remplacement de notre vieux 1000 club par 3 salles de danse et de théâtre… et je ne peux tout citer. Merci aux financeurs que sont la Région, le Département et la communauté Paris Saclay de leur aide sur nombre de ces dossiers.
Mais je veux aussi profiter de la présence de madame la Sous-Préfète pour la remercier de son aide précieuse pour conclure un dossier ouvert il y a 10ans, la réhabilitation du domaine du chêne rond. 10 ans de travail, de négociations avec des nombreux ministères, de partenariat avec les services de l’Etat pour enfin y parvenir. Le chêne rond accueillera prochainement 140 logements, dans une mixité de logements sociaux et de logements en accession, dans cet incroyable cadre fait d’arbres centenaires. La nature y est très présente et y sera préservée, les zones humides et les espaces boisés et bien sûr une liaison douce reliera ce domaine au Parc des Célestins.
Aujourd’hui c’est aussi le lancement de notre application Marcoussis que vous pouvez télécharger dès maintenant sur vos téléphones. Une application destinée à vous donner des infos pratiques, encore plus rapidement. Merci Christophe de cette promesse tenue.
Mais aujourd’hui 7 janvier c’est aussi la date anniversaire de la tuerie de Charlie Hebdo. Cet attentat fut terrible, comme ceux qui l’ont précédé à Toulouse ou ceux qui hélas lui ont succédé, à l’Hypercasher, à Montrouge, au Bataclan, au stade de France, à Nice cet été, et évidemment partout dans le monde et encore cette semaine à Istambul.
L’attentat de Charlie a pour moi une résonnance particulière. D’abord parce que j’ai grandi avec ces auteurs, comme avec Gotlib qui les a rejoint cette année. Mais aussi parce que la liberté d’expression est une valeur fondamentale de notre République.
Par delà ces terribles attentats, notre société est de plus en plus réactionnaire, individualiste et intolérante. La liberté d’expression, la culture, la tolérance sont fragiles.
Certains voudraient réécrire l’histoire de notre pays, comme si elle se résumait à un repli sur nos frontières, à un entre soi mortifère, à une seule religion.
Ce n’est pas cela la France. Ce n’est pas cela Ma France.
Ma France c’est celle du 3 juillet 1315 où Louis X proclame que le sol français affranchit celui qui le touche, instaurant ainsi le droit du sol, vous voyez que cela ne date pas d’hier, qui sera maintes fois confirmé dans notre histoire.
Ma France c’est celle du 17 janvier 1562 où Charles IX proclame la coexistence des religions différentes dans notre pays et leur soumission à la puissance publique. Premier acte fort de la laïcité.
Ma France c’est celle du 26 aout 1789 où pour la première fois une jeune Député du Perche émet l’idée que la Déclaration des droits de l’homme ne doit pas être nationale, mais universelle.
Ma France c’est celle du 21 février 1944 où s’écroulent sous les balles nazies Missak Manoukian et ses 22 camarades de l’affiche rouge en criant vive la France, lui qui n’était pas français.
Et c’est aussi celle de Charlie, ce 7 janvier 2015 mort pour la liberté d’expression.
Je ne me résous pas et ne me résoudrai jamais à ce qu’on nous invente une autre histoire que celle là. Car c’est pour cela que la France n’est pas n’importe quel pays. C’est parce qu’elle parle au monde, parce qu’elle est ouverte et universaliste, parce qu’elle est multiculturelle et l’a toujours été, parce qu’elle est laïque et tolérante.
C’est cette bataille culturelle que nous devons mener car l’ignorance est le berceau de l’obscurantisme et du repli.
Et puis Demain…
J’aurais peut-être du commencer par cela, car au fond c’est surtout Demain qui nous passionne.
Demain c’est d’abord le très beau film de Cyril Dion et Mélanie Laurent que beaucoup d’entre vous ont vu (sinon aller l’emprunter à la médiathèque).
C’est un film d’espoir.
Un film qui nous engage à fabriquer nous mêmes à notre petite échelle, le monde nouveau que nous voulons.
C’est un film d’expérience qui démontre que tout est possible avec de l’énergie, de la volonté et de la passion.
Bien sûr à Marcoussis, nous faisons déjà beaucoup de choses et notre premier Agenda 21 a été très positif, les abeilles sur le toit du centre de loisirs, la boutique de la ferme des potagers ou le verger dans la cote de l’escargot n’en sont que trois exemples parmi d’autres. Mais nous voulons aller plus loin encore…
Ce film m’a beaucoup marqué. Positivement et j’ai proposé à l’équipe municipale d’en relever le défi.
Nous sommes entrain de construire ensemble avec vous, avec tous ceux qui participent déjà et ceux qui participeront, justement Demain, notre nouvel agenda 21.
Une méthode de travail pour améliorer notre vie quotidienne, pour protéger les conditions du bonheur à Marcoussis.
J’ai suggéré que nous créions des groupes de travail sur les thèmes de l’agriculture, de l’énergie, de l’éducation, de l’économie, des mobilités. Ces groupes que nous lançons aujourd’hui réuniront des élus, des acteurs locaux, entrepreneurs ou associatifs, des agents des services, des jeunes, des citoyens volontaires et… des habitants de Marcoussis tirés au sort.
Leur objectif est d’inventer des nouvelles actions, sans tabous, pour nourrir notre Agenda 21, pour le bonheur à Marcoussis.
C’est l’esprit de ce film. Un fonctionnement citoyen et participatif, une réflexion collective car à plusieurs cerveaux on est toujours plus inventif qu’à un seul.
Merci à Rose-Marie, Laure et Agnès de ce gros travail. Je ne peux que vous engager à vous engager dans ces groupes.
Et puis demain c’est aussi cette année 2017 qui commence.
Une année pour laquelle je vous souhaite à vous et à tous ceux que vous aimez, joies, plaisirs, santé, bonheurs et belles émotions.
C’est une année importante pour notre pays avec des élections nationales majeures qui détermineront la conduite de l’Etat.
Notre pays traverse de nombreuses crises, économique, sociale, identitaire (j’en ai parlé) et démocratique.
Il y a encore dans le monde de nombreux pays sans élection. Ici nous avons le droit de nous exprimer. C’est un droit important.
Intéressez vous à ces élections, lisez les programmes attentivement, écoutez les débats, faites vous, vous même votre propre idée et allez voter ! C’est surtout aux jeunes que j’adresse ce message, car il s’agit de votre avenir, il s’agit de Demain justement, ne laissez pas les autres décider à votre place du monde que vous voulez.
Ce midi en rentrant du lycée, mon fils Jules, sachant que j’écrirais mon discours cet après-midi, m’a suggéré d’écrire mon discours avec des paroles de chanson. Un peu comme un hommage à Alain Resnais, un de mes réalisateurs préférés et son fameux « On connaît la chanson. »
Je lui ai répondu que c’était trop difficile de faire tout un discours ainsi. Mais comme je ne veux jamais lui manquer. Je finirai tout de même mes propos par cela…
Hier, Aujourd’hui, Demain. Aznavour, Ferrat, Trénet.
Hier encore, j’avais vingt ans, je caressais le temps et jouais de la vie. L’ombre s’est faite humaine, aujourd’hui c’est l’été.
Fais ta vie, marche tout droit tu verras… fais ta vie, sur ton chemin avance, crois en lui, c’est pour demain la chance.

Merci !