Du vent dans les ruines

Contenu de la page : Du vent dans les ruines

Une création de l’Ecole Des Arts. L’année 2018 marque la fin des quatre ans de commémoration de la première guerre mondiale. C’est peu dire que l’EDA s’est appropriée le sujet !

Les projets « Mission centenaire » à l’EDA…
Depuis 2014, professeurs et élèves de l’Ecole des Arts se sont "mobilisés" pour la création d’une cantate profane ayant pour titre " Marcoussis Cantate 14-18", un double Cd offert lors des voeux aux marcoussissiens.
La majorité des disciplines enseignées à l’Ecole des Arts y y est représentée à travers six triptyques : La mort de Jaurès ; Vengeance ; Lettres ; Craonne ; L’enfer et Ailleurs.
Pas de chronologie, mais une proposition de réflexions à travers ces six thèmes tentant de mettre en contradiction les désirs de vengeance patriotique et les désirs de paix et de fraternité.
Créations musicales et sonores originales, musiques et textes du XXe et XXIe siècle se côtoient et s’éclairent les uns les autres ; le tout coordonné artistiquement par Anne GARCENOT.

"Du vent dans les ruines"

En plus de toutes les présentations de travaux d’élèves qu’elle génère, l’École des Arts donne la possibilité à ses professeurs, de s’engager tous les deux ans dans une création dont ils définissent les contours esthétiques, la ligne artistique, et dans laquelle ils plongent avec leurs élèves. Cette année, c’est donc la commémoration de la Grande Guerre. Il fallait choisir quoi dire… et comment le dire. Isabelle ANTOINE, a qui la direction artistique du projet a été confiée, a pris la tangente, en s’appuyant sur une tension première, le fracas, et son contraire le silence. La guerre est avant tout un grand vacarme, l’air du monde est saturé du son des armes, du son des paroles et des clairons, du son des cris de rage et des râles de souffrance, sans parler du son des chants ou de la musique. Et dans le même temps, il y a le silence, désiré pour se reposer, inquiétant car synonyme de danger, douloureux pour une mère endeuillée, tant attendu car signifiant la fin de la guerre…
Ce spectacle "Du vent dans les ruines" est construit comme un kaléidoscope d’images et de sensations, il ne raconte pas un moment de la guerre, ni ne nous l’explique. Il tente de nous donner à sentir une énigme entre la vie et la mort et de nous faire entendre et voir le vent dans les ruines.
Entrée libre dans la limite des places disponibles, sur réservation auprès de l’école des arts 01 69 01 52 66 ou ecoledesarts@marcoussis.fr

Voir aussi

Entrée libre dans la limite des places disponibles, sur réservation auprès de l’école des arts 01 69 01 52 66 ou ecoledesarts@marcoussis.fr